LE BISTROT DU COIN

ECHANGE RIRE DELIRE DISCUSSION
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mr Brassens

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*Hermine*
Patronne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3235
Age : 44
Localisation : Bretagne !!
Emploi/loisirs : Maman!
Humeur : Et une fin d'année de plus qui arrive !!

MessageSujet: Mr Brassens   Ven 23 Mai - 9:20

Je commence par MA chanson de Mr Brassens

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amywinehouseforum.forum
*Hermine*
Patronne
avatar

Féminin
Nombre de messages : 3235
Age : 44
Localisation : Bretagne !!
Emploi/loisirs : Maman!
Humeur : Et une fin d'année de plus qui arrive !!

MessageSujet: Re: Mr Brassens   Ven 23 Mai - 9:29

BIO

site officiel Arrow http://georgesbrassens.artistes.universalmusic.fr/

Georges Brassens (né à Sète le 22 octobre 1921, mort à Saint-Gély-du-Fesc le 29 octobre 1981) est un auteur-compositeur-interprète français.

Brassens passe son enfance à Sète dans la maison familiale, entouré de sa mère Elvira Dagrosa, de son père Jean-Louis Brassens, de sa demi-sœur Simone, fille d'Elvira et de son premier mari, mort à la guerre[1], et de son grand-père paternel, Jules. Sa mère, italienne d'origine napolitaine, est une catholique d'une grande dévotion. Son père est un homme paisible, généreux, libre penseur, anticlérical et doté d'une grande indépendance d'esprit. Georges va grandir entre ces deux caractères très différents, qu'une chose réunit pourtant : le goût de la chanson. Chez les Brassens, on chante toute la journée. Entre sa mère, que Brassens qualifiera de « militante de la chanson », et Simone et Jules, tout le monde a un air à la bouche. Brassens aura tout naturellement le goût de la chanson. Il écoute inlassablement à cette époque ses premières idoles : Charles Trenet, Tino Rossi ou encore Ray Ventura et se forge une culture chansonnière, aussi abondante qu'hétéroclite, que sa mémoire conservera comme un héritage précieux. Ce qui plaît au jeune Brassens c’est surtout la musique, sa première passion. C’est par elle qu’il est venu à la chanson. Elle lui procure une sensation qu'il ne trouvera nulle part ailleurs ; il déclarera, dans un entretien accordé à son ami André Sève : « une sorte de vibration intérieure, quelque chose d'intense, un plaisir qui semble relever d'une certaine sensualité ». Il souhaite s'inscrire au conservatoire, mais sa mère y met une condition : il faut que son carnet de notes soit de meilleure qualité. Brassens n'apprendra jamais le solfège… En effet, à l'école, Georges est plus proche du cancre que de l'élève modèle et passe son temps à faire le pitre, préférant, aux devoirs qui l'ennuient, les jeux et les bagarres avec les copains du quartier.

Pourtant, en classe de troisième, il s'ouvre à la poésie grâce à son professeur de littérature Alphonse Bonnafé. Auparavant il écrivait déjà des petites chansons et essayait de faire le poète. Cette année-là, le jeune garçon décide de soumettre ses premiers petits travaux à Bonnafé qui juge les premières œuvres mauvaises ; mais loin de le décourager, l'enseignant lui conseille plus de rigueur et une étude approfondie des poètes. Il l'intéresse à la technique de versification et à l'approche de la rime. Son influence sur Brassens est énorme : « On était des brutes, à quatorze, quinze ans, et on s'est mis à aimer les poètes. Il faut mesurer le renversement. Grâce à ce prof, je me suis ouvert à quelque chose de grand. Beaucoup plus tard, à chaque fois que j'écrivais une chanson, je me posais la question : est-ce qu'elle plairait à Bonnafé ? ». Brassens délaisse alors un peu la chanson et rêve déjà de devenir poète.

Mais, à cette époque, c'est encore les copains qui priment sur tout le reste pour Georges. Il fait avec eux les quatre cents coups et se voit impliqué à l'âge de dix-sept ans dans une aventure qui le marque pour le restant de sa vie. Dans le but de se faire un peu d'argent de poche, ils commettent quelques larcins dont les principales victimes sont leur famille et leurs proches. Georges vole ainsi une bague et un bracelet à sa sœur. Lorsque la police découvre les coupables, la petite affaire fait scandale. On parle de « pègre collégienne », de « racailles ». Certains des coupables, reniés par les leurs, restent un mois en prison préventive. Mais Jean-Louis, indulgent, vient chercher son fils sans tarder et rien ne décrit mieux la scène que ces quelques vers des Quatre bacheliers que lui inspira la mésaventure :

Quand il vint chercher son voleur
Sans vergogne,
On s'attendait à un malheur,
À un malheur.
Mais il n'a pas déclaré, non,
Sans vergogne,
Que l'on avait sali son nom,
Sali son nom.
Dans le silence on l'entendit,'
Sans vergogne,
Qui lui disait : « Bonjour, petit,
Bonjour petit. »
On le vit, on le croirait pas,
Sans vergogne,
Lui tendre sa blague à tabac,
Blague à tabac.
Commentaire de Brassens : « Je crois qu'il m'a donné une leçon qui m'a aidé à me concevoir moi-même. J'ai alors essayé de conquérir ma propre estime… J'ai tenté, avec mes petits moyens, d'égaler mon père. Je dis bien tenté… »

Brassens est renvoyé de son lycée, et une mauvaise réputation lui colle à la peau dans la petite ville de Sète. Il décide de partir pour Paris, projet qui se concrétisera après une courte expérience d'apprenti maçon dans l'entreprise de son père, en février 1940, alors que la guerre a éclaté.


lien Arrow http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Onteniente

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.amywinehouseforum.forum
christinos
pote
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1880
Age : 36
Humeur : fixée

MessageSujet: Re: Mr Brassens   Lun 2 Juin - 22:07

le chanteur poète humble troubadour : Greorges Brassens et sa guitare et son oeil malicieux et sa pipe sous sa grosse moustache.

Il voulait être enterré sur la plage de la corniche à Sète ; dans une niche....flower

il sourit de sa propre mort ; il l'organise !
ET PLACE AUX JEUNES
...................................... sunny

"vous envirez un peu
l'éternel estivant
qui fait du pédalo
sur la vague en rêvant"



soyez courageux écoutez ses vers !

c'est un délice de la langue de Molière ou de Paul Valéry.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
phill78
pote
avatar

Masculin
Nombre de messages : 859
Age : 61
Localisation : Paris
Emploi/loisirs : écriture, paresse
Humeur : aime là vie et elle t'aimera

MessageSujet: Re: Mr Brassens   Mar 3 Juin - 0:01

Brassens, Brel, Ferrat, Réggiani, piaf, leclerc, etc etc etc....


on passait des nuits entières avec les potes à gratter nos banjos sur brassens entre autres il y a quelques siècles.... :D ....et j'ai l'impression que c'était hier desfois geek ....les feux de camps...une clope...une bière...les sourires complices avec les copines...

Brassens ce mec écrit super bien...brel aussi ...pis les autres...


bon c'est pas la même poésie que notre amy hein!....un autre genre... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mr Brassens   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mr Brassens
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pénélope de Georges Brassens
» Chine de livres à Georges Brassens : des ouvrages sur les CPA
» 10-11 octobre week-end livres d'enfants à Brassens Paris 15e
» Brassens est-il éternel ?
» La guerre de 14-18 (Georges Brassens)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LE BISTROT DU COIN :: Le Bistrot du coin :: Melting "pote" :: La zik !-
Sauter vers: